Articles: Revue de lecture

Compte rendu du Traité du désespoir

Si le titre français Traité du désespoir donne très justement l’objet du livre, c’est en partant de l’énigmatique « maladie à la mort » que Kierkegaard va déployer sa réflexion sur le désespoir. Kierkegaard avait traité le thème de l'angoisse en 1844 d'un point de vue psychologique et en quelque sorte éthique. Ici, le désespoir est bien plus lié au religieux que ne l'était l'angoisse.

Lire la suite

Primauté de la temporalité sur la spatialité

§ 70 de Être et temps

C’est dans ce paragraphe que Heidegger fait le lien entre les deux déterminations fondamentales du Dasein : la spatialité et la temporalité. La temporalité est ce qui fait advenir le Dasein à lui-même, elle est son « sens » et prime sur l’espace. Nous examinerons d’abord les conceptions du temps que Heidegger rejette avant de nous pencher sur l’articulation du temps et de l’espace pour comprendre de quelle nature est cette primauté du temps sur l’espace.

Lire la suite

Le sommet du naturel : Montaigne

Dans les précédents chapitres de cette partie de Être soi-même, Claude Romano s’est penché sur la grâce chez Castiglione, et comment son Livre du Courtisan a influencé la Renaissance. Avec Montaigne, on voit déjà s’opérer une transition : la grâce passe des palais à l’individu quelconque. Elle devient naturelle. Le style même est l’expression de l’individualité de son auteur. Ce qui intéresse Montaigne est l’être véritable, c’est-à-dire l’être sur le mode de la vérité. C’est une ipséité en tant que refus de se dissimuler, véracité de l’existence que l’on porte, qui nous informe par responsabilité. Mais l’intérêt de Montaigne, c’est aussi qu’il mesure ce qui fait obstacle à l’accès à notre être véritable. Seule la franchise permet d’accéder à notre forme maîtresse.

Lire la suite